spacer.png, 0 kB
Welcome ! arrow Demarche
spacer.png, 0 kB
spacer.png, 0 kB
Ma démarche

C'est ici que vous trouverez ... ou le pourquoi ... ou le comment ... ou les influences qui ont guidées mes mains... Wink

 

Sur le papier, la récup' et ma nouvelle démarche en peinture

Que ce soit pour la sculpture, les bijoux et - depuis septembre 2008 - la peinture, je travaille à partir de matériaux de récupération, principalement le papier.  Ce n'est pas un processus nouveau car depuis l'enfance j'ai toujours chiné, récupéré, "fait les poubelles", récupérant, réarrangeant matériaux, vêtements et objets délaissés, leur donnant ainsi une nouvelle vie.  Ainsi, lorsque j'ai commencé à créer des bijoux, c'est tout naturellement que j'ai utilisé éclats de verre, boutons, morceaux de bois, d'os, fils de cuivre .... sertis dans du papier selon diverses techniques (existantes ou inventées) de papier-mâché.  Bien sûr, quand je suis passée à la sculpture, c'est également le papier-pierre (pâte de papier-mâché) qui devint mon matériaux de prédilection.            

Et depuis septembre 2008, en peinture, j'ai abandonné la toile.  Celle-ci, outre son prix, ne me satisfaisait plus.  En fait, je n'ai jamais été vraiment à l'aise ave elle, sa texture m'arrêtait, accrochait mes couteaux.... et me donnait l'impression d'une matière morte.  J'ai d'abord travaillé sur Kraft mais là encore la trame inscrite avait un côté trop mécanique... il me fallait autre chose...  J'ai alors utilisé la partie intérieure, en gros papier brun, des sacs de litière, de farine, de nourriture pour animaux et ce fut une révélation.  Non seulement cela correspondait bien mieux à ma philosophie de récupération mais en plus ce papier avait une réelle présence : il avait déjà vécu et le vivant était inscrit "dans sa chair".  Sa "peau" me donnait une surface à la fois lisse et texturée, mais non pas une texture usinée, répétitive mais aléatoire, irrégulière, travaillée par la main d'autres personnes aux hasards de son utilisation.  Cette matière ayant du vécu, et me donnant à être, participante, correspondait bien aussi à la route que j'étais en train en suivre : un rendu entre la vieille photo, la vieille fresque décatie et le parchemin. 

Pour conclure, j'ajouterais que dans notre société d'hyper consommation qui produit tant de déchets, je me sentais, en tant qu'artiste et en tant qu'habitant de notre pauvre planète maltraitée, le devoir de poser moi aussi un geste.  Celui de récupérer les "laissés pour compte" du "je consomme-je jette", de les transformer et leur donner une nouvelle chance est le mien.

 
spacer.png, 0 kB
spacer.png, 0 kB
Copyright © ELLYUM 2008 spacer.png, 0 kB